ALERTE : Le DMAE ou comment se doper à son insu !

Ces derniers mois, plusieurs utilisateurs des services SPORT Protect nous ont interrogé sur des produits pour sportifs permettant d’augmenter la concentration avant les compétitions. Le point commun de tous ces produits est qu’ils contenaient tous du DMAE et étaient vendus sur internet. Interpellés par cet ingrédient nous avons creusé nos recherches et fait appel à notre expertise antidopage.

 

Alors que très peu de données sur la statut dopant ou non dopant de cette substance sont disponibles, SPORT Protect alerte les sportifs du risque de dopage encouru par la consommation de DMAE.

 

Le DMAE qu’est ce que c’est ?

 

Le DMAE ou diméthylaminoéthanol ou déanol est une substance chimique qui intervient dans les mécanismes d’action du système nerveux pour la formation d’acétylcholamine (note 1). En ce sens, le DMAE est un nootropique (permet d’améliorer les fonctions cognitives) puisque l’acétylcholamine est le principal neurotransmetteur des fonctions d’apprentissage et de mémoire.

Son action pharmacologique lui confère des propriétés permettant une utilisation dans le traitement de l’asthénie (note 2), de la maladie d’Alzheimer (note 3) et de la diskynésie fonctionnelle (note 4). Il est également utilisé dans le sport pour améliorer l’énergie, l’oxygénation et la performance (note 5). Le DMAE est aussi utilisé en cosmétique pour son action anti-vieillissement (note 6).

En France, le DMAE entre dans la composition de certaines spécialités pharmaceutiques mais, à ce jour, aucune d’entre-elles n’est commercialisée (note 7).

D’un point de vue nutritionnel et alimentaire, on retrouve la substance DMAE dans les sardines et les anchois… Toutefois, le DMAE synthétique n’a pas fait l’objet d’une validation en tant qu’additif alimentaire ni en Europe ni par la FDA aux Etats-Unis. A ce titre, il ne s’agit pas d’une substance alimentaire reconnue.

 

Pourquoi est-ce une substance interdite par la législation antidopage ?

 

La section S6.b Stimulants spécifiés de la Liste des Interdictions énumère des substances aux propriétés stimulantes interdites en compétition. Toutefois, cette section n’est pas exhaustive et se termine par la mention « et autres substances possédant une structure chimique similaire ou un (des) effet(s) biologique(s) similaire(s) ». Ceci implique que d’autres substances non énumérées dans la Liste peuvent entrer dans cette section de substances interdites.

Dans la section S6.b, on retrouve expressément nommée la substance « Méclofénoxate ».
Le Méclofénoxate est également une substance nootropique utilisée notamment dans le traitement de la sénilité et de la maladie d’Alzheimer. Cette substance a aussi pour propriété d’augmenter les niveaux de choline et d’acétylcholine dans l’organisme (note 8).

A ce titre, nous pouvons donc considérer que le DMAE a des propriétés biologiques similaires au Méclofénoxate et entre dans la catégorie S6.b de la Liste des Interdictions.

Mais l’éléments le plus important et le plus révélateur du statut dopant de la substance DMAE est que le DMAE est la substance à partir de laquelle est synthétisée le Méclofénoxate ! En effet, pour obtenir le Méclofénoxate, on procède à l’estérification de DMAE et de parachlorophenoxyacetate (ou pCPA). Ainsi, le DMAE possède, en plus des mêmes propriétés biologiques que le Méclofénoxate, une structure chimique similaire.

 

En conclusion et considérant que la section S6.b de la Liste des Interdictions est une liste ouverte, nous vous confirmons que la substance DMAE ou diméthylaminoéthanol ou déanol est un stimulant spécifié interdit en compétition et relevant de la législation antidopage. Il sera intéressant de surveiller les évolutions de la Liste des Interdictions au sujet de cette substance.

 

>>> Information à relayer sans modération…

 

Leticia Trigo
Chief Scientist, SPORT Protect

 

IMPORTANT : Nos recommandations générales pour les consommateurs de produits nutritionnels

Pour plus de sécurité, nous vous conseillons de choisir une référence labellisée SPORT Protect.

La labellisation SPORT Protect s’appuie sur les exigences de la norme NF V94-001 en garantissant une labellisation tierce partie pour plus de protection vis à vis des consommateurs. Vous trouverez dans le site www.sport-protect.org toutes les étapes nécessaires à l’obtention du label SPORT Protect ainsi qu’une présentation des marques labellisées.

Les références labellisées sont facilement identifiables avec le logo SPORT Protect et sont toutes répertoriées dans la rubrique nutrition de nos applications www.sport-protect.fr.

 

NOTES :

1 Kapoor, V.K.; Dureja, J.; Chadha, R. Synthetic drugs with anti- ageing effects. Drug Discov. Today, 2009, 14, 899-904 2 Casey DE. Mood alterations during deanol therapy. Psychopharmacology (Berl) 1979;62:187-91.

3 Fisman M, Mersky H, Helmes E. Double-blind trial of 2-dimethylaminoethanol in Alzheimer’s disease. Am J Psychiatry 1981;138:970-2.

4 Re O. 2-Dimethylaminoethanol (deanol): a brief review of its clinical efficacy and postulated mechanism of action. Curr Ther Res Clin Exp 1974;16:1238-42.

5 Pieralisi G, Ripari P, Vecchiet L. Effects of a standardized ginseng extract combined with dimethylaminoethanol bitartrate, vitamins, minerals, and trace elements on physical performance during exercise. Clin Ther 1991;13:373-82

6 Uhoda I, Faska N, Robert C, et al. Split face study on the cutaneous tensile effect of 2-dimethylaminoethanol (deanol) gel. Skin Res Technol 2002;8:164-7.

7 www.sport-protect.fr (consulté le 12 mars 2018)

8 JR Docherty, Review Pharmacology of simulants prohibited by WADA, British J. Pharmacology (2008) 154, 606-622

Leave a Comment